La création d’Acid Kostik en 2002 résulte d’une volonté de créer une identité artistique nouvelle, forte, originale à la lumière de nos divers parcours et de nos expériences dans les domaines de la musique, du chant, du théâtre et des arts visuels. Acid Kostik produit donc, par essence, des spectacles pluridisciplinaires.

Par les influences de chacun de ses membres, Acid Kostik ouvre une démarche artistique aux multiples facettes. Nés à la fin des années 70, nous sommes des enfants de la télé et des séries B, qui cultivons l’humour burlesque, absurde et grinçant.
Nous aimons travailler à partir d’un thème porteur, susceptible de générer un univers, un propos et de concentrer nos envies d’écriture, de théâtre et de musique.
Ainsi, dans la première création de la compagnie, Des bruits dans le couloir (2002), nous abordions les questions de l’enfermement, de la solitude de l’individu au sein d’une société qui rejette la différence, l’excentricité, le non conformisme et qui rend fatalement toute communication entre les êtres impossible. La réalité semble parfois plus grotesque et cruelle que l’absurdité que nous tentons de recréer sur scène.
La deuxième pièce d’Acid Kostik, L’homme roux qui était né chauve (2006) pointe déjà, par son titre, un propos irrationnel, extravagant. Cette pièce est le fruit d’une collaboration avec l’auteur Franck Zerbib, ancien membre du groupe Les Wriggles, qui a signé l’adaptation et la mise en scène d’écrits de Daniil Harms, maître de l’absurde et de l’humour noir. Cette pièce traite de mort, de dictature, de souffrances, de cruauté et d’indifférence face au sort de l’autre.
La troisième pièce, Lève-toi et Step ! (2009) s’attache au phénomène des sectes, à l’enrôlement des individus, à la manipulation des masses (www.steppologie.com).
Puis, en 2012, Dans le Corps d’Elvis emmenait le public pour une aventure intérieure dans l’idole du rock, au coeur de son intimité la plus profonde, et interroge sur le voyeurisme de notre société, cette soif de tout posséder, même les secrets les mieux gardés de nos célébrités.
Chaque thème doit induire une esthétique, une couleur forte et singulière, un espace temps, un son, un ton et un rapport public. C’est ainsi que nous avons revisité la comédie musicale et le conte, les cérémonies de culte et le théâtre participatif, la série B des années 70 et le récit d’aventure.
À chaque nouveau projet et afin de ne pas asseoir une méthologie de travail, nous partageons la mise en scène et parfois l’écriture de nos spectacles avec un auteur, metteur en scène venu d’une autre compagnie. Nous avons ainsi pu travailler avec Luc Perrot (Le Cercle de la Litote), Patrick Dordoigne (Les Alamas Givrés, Adhok), Fred Fort (Annibal et ses Elephants) ou encore Rodolphe Couthouis (Freddy Coudboul').
Au final, les pièces en elles-mêmes ne sont que des angelots qui montrent la cruauté et l’absurdité d’une société refermée sur elle-même, apeurée par la différence et l’inconnu.
Acid Kostik mêle donc un humour noir décapant, parfois même violent, avec une certaine forme de ridicule.
Le rire et les logiques implacables de l’absurde offrent une échappatoire à la cruauté. Et c’est bien là où se cristallisent la marque de fabrique et la force de la compagnie : la double lecture des pièces, ce ton aigre-doux, à la fois dramatique et burlesque.

Acid Kostik

Fondateur / comédien / musicien

Franswa Henry

Acid Kostik

Fondateur / comédien / chanteur

Julien Flematti

Acid Kostik

Comédien

Yann Berthelot

Acid Kostik

Fondateur / comédien

Fabien Marais